Cliquez sur les feuilles pour les enlever
L’univers de la truffe

Accueil > Trufficulture > Mycorhizer soi-même ses arbres...

Mycorhizer soi-même ses arbres...

Forum mycorhization manuelle

jeudi 15 décembre 2005

J’entends régulièrement la question « Peut-on mycorhizer soi-même ses arbres pour avoir la chance d’obtenir les truffes ? Si oui alors comment faire ? »


Voir en ligne : Lire aussi cette brève

Je porte cette question sur ce site pour que ceux qui ont de l’expérience donnent leur avis et livrent quelques remarques sur leurs méthodes personnelles de mycorhization et de remycorhization.

Voici en vrac les questions que j’ai pu entendre au sujet de l’inoculation des truffes :

- Est-ce un secret ?

- Est-ce qu’on peut utiliser de la truffe séchée ?

- Est-ce que ça marche avec des truffes congelées ?

- Est-ce que ça marche mieux avec de la truffe congelée ou séchée ou les deux ?

- Si ça marche avec des truffes congelées, combien de temps doivent-elle avoir été congelées ?

- Doit-on prendre des arbres de moins de deux ans ?

- Quelle terre utiliser, mais ajoute-t-on aussi autre chose pour faciliter la « prise » ?

- Quelle quantité de truffe mettre pour chaque arbre ?

- Peut-on prendre n’importe qu’elle truffe ?

- Existe-t-il des trucs pour faire « coller » les débris de truffes sur les racines ou autre chose ?

- A quelle époque vaut-il mieux essayer de mycorhizer ses plants ?

- Arrive-t-on à mycorhizer la truffe d’Alba (Tuber magnatum)

Evidemment, je ne m’attends pas à ce que les gens me donnent leur recette… Mais si quelques pistes pourraient aider les passionnés qui souhaitent planter chez eux.

JPEG - 61.6 ko

Je vous conseille de lire ce livre :

Livre La Truffe

Enregistrer au format PDF

Documents joints

Répondre à cet article

41 Messages de forum

  • > Mycorhizer soi-même ses arbres...

    21 janvier 2006 20:02

    j’aimerai bien avoir les reponses.

    Répondre à ce message

    • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 21 janvier 2006 21:42, par DG

      C’est bien pour cela que j’ai ouvert ce forum, pour que ceux qui ont expérimenté une méthodologie nous aiguillent un peu ! Mais voilà, apparamment personne ne veut dévoiler son secret !

      Répondre à ce message

      • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 12 mars 2006 00:56, par alexandre
        • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 12 mars 2006 09:45, par DG

          Tout est dit !!!

          Répondre à ce message

          • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 17 mars 2006 23:38, par bob

            pourquoi prende le risque de le faire soi meme en sachant que maintenant ils vendent des arbres garantie et agree par l’inra donc si l’arbre ne porte pas ils t’en donne un autre bien sur en respectant les regles question pourquoi veut tu apprendre a faire la mycorhisation si tu veut apprendre dans un but l’ucratif je te le dit pas maintenant pour ton plaisir personnel va vite les acheter et te faire conseiller par un pros qui a lui meme sa truffiere( ATTENTION AU BOUFFON QUI TE VOIT VENIR GROS COMME UN CABANON )analyse terre,ph,calcaire,exposition,point d’eau,attention a la taille ne pas faire si on ne sait pas,les 5 premiere annnees passer le griffon toujours supperficiellement pas plus de 10 centimetres bon sinon moi melano a gogo ha ha ha

            Répondre à ce message

            • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 19 mars 2006 21:05, par DG

              Peut-être un risque, mais qu’est-ce qui peut m’inciter à le faire ?…

              - 1. Comme vous dites : Le plaisir ! Je fais ma pâte feuilletée moi-même parce que je la trouve meilleure (même si Jean-Pierre Coffe n’en démords pas en disant qu’il vaut mieux l’acheter !!!). On empêchera jamais un jardinier de faire ses plants avec les graines de l’an passé.

              - 2. Pas sûr qu’il y ait plus de résultats avec ceux achetés. Sachant que les contrôles qualité sont statistiques ; comme vous le préconisez, il vaut mieux vérifier chaque arbre après achat. Il arrive que certains soient peu mycorhizés et d’autres fortement mycorhizés sachant tout de même qu’au bout de plusieurs années pas sûr que ceux qui ont une meilleure cote aujourd’hui produiront quelque chose demain. Qui peut le prouver ?

              - 3. On peut mettre en jauge les jeunes arbres ou semences dans la terre originelle de la future truffière.

              - 4. Nettement plus économique quand on peut se procurer des « déchets » de truffes…

              - 5. On peut parler à ses arbres… !

              Répondre à ce message

              • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 18 avril 2006 00:47, par alexandre

                chacun a sa manière de faire. et c’est vrai que au bout de nombreuses années d’expérience, c’est normal que l’on réussisse mieux qu’au début. Je comprends que ceux qui ont le savoir faire ne le divulguent pas. C’est humain. Vive la truffe ! Alexandre

                Répondre à ce message

      • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 9 mai 2006 21:09, par mimi

        Bonsoir à toi,

        Voilà, c’est tout récent pour moi et pour ma chienne cette passion de la truffe.

        Je suis contente de tomber sur ce site…j’aimerais micorhizer moi-même mes plants.

        Je pensais planter glands, noisettes, fruits de pins noirs d’Autriche dans une terre calcaire et stérilisée de tout autres champignons (j’ai la terre qu’il me faut) et humide (bien sûr). Dans cette terre, j’y ajoute de la « farine de truffes de Bourgogne » (truffes sèchées et préalablement broyées) car c’est celle que j’ai à disposition.

        Je réalise des expériences par pot individuel

        Au bout d’un certain temps, tout en prenant soin de mes jeunes plants, j’observe au microscope si mon ensemencement a marché. Je prépare mon terrain, je le choisi bien et je me lance…

        Et peut-être que …. ?

        Qu’en penses-tu ?

        Merci d’avance pour ta franchise

        Mimi (dans le 70)

        Répondre à ce message

        • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 10 mai 2006 07:47, par vincent

          Cela fait longtemps que je pense à de la terre stérilisée, étant donné les nombreux problèmes de champignons concurents.

          Passage au four, eau de javel, …..

          Les avantages de l’eau de javel sont intéressants : pas besoin d’un four énorme, pas de consommation d’énergie (très à la mode en ce moment les économies d’énergie), peu chère, et surtout il suffit de laisser bien sécher pour qu’elle s’évapore.

          Si je ne m’abuse, une fois la mycorhisation faites, l’apport de nouveaux champignons « néfastes » à la truffe n’est plus trop un problème, il serait alors possible de replanter les arbrisseaux dans le sol.

          Je n’ai qu’une seule crainte : avoir re-inventé un procédé qui existe déja !!!!!!

          Vincent

          La stérilisation au four marche pas mal ou à la vapeur chaude ou sur des plaques sur un feu à l’extérieur.

          Répondre à ce message

          • Bonsoir Vincent,

            J’espère que tu vas bien. Tu as essayé à l’eau de javel pour stériliser la terre ? C’est efficace ? A quelle concentration de chlore ? Et les racines des arbres, comment faire pour les nettoyer correctement et même les stériliser ?

            J’ai pour ma part un autre point de vue peut-être moins « productiviste », je considère la terre comme un milieu vivant : plein de bactéries, de micro-organismes plus ou moins favorables à la truffe. Je suis persuadé que les interactions entre ces éléments doivent avoir un rôle dans le processus de mycorhization d’une part et pour la production de truffe d’autre part. Peut-on même parler de… biodynamique ?

            En résumé, je ne sais pas si le fait de vouloir supprimer les champignons concurrents ne détuit pas simultanément tout un milieu microscopique favorable aux différentes phases de la symbiose. Je ne connais pas d’étude scientifique pour étayer cette idée ; je me trompe peut-être. Pour notre part, on utilise de la terre de la truffière en l’état, (une terre où ne pousse pas ces champignons parasites), on y ajoute un mélange vermiculite + truffes broyées et c’est tout. La terre fera le reste… Le problème est qu’il faut attendre plusieurs années avant d’avoir la réponse. J’invite ceux qui ont des idées sur ce sujet à venir participer à ce forum !

            DG

            Répondre à ce message

            • > Mycorhizer soi-même ses arbres... toujours 2 février 2007 18:37, par goligo

              oui en effet mon professeur m’a assuré que l’eau de javel sterilise parfaitement la terre mais par la meme occasion toute la matiere organique presente auparavant (indispensable au develloppement de la truffe) est detruite ce qui empeche tout develloppement de la truffe. en clair l’eau de javel n’est pas un bon moyen de stérilisation…

              Répondre à ce message

        • bonsoir mimi, à mon avis dans la haute saone, mieux vaut essayer uncinatum… même si tu peux avoir de la mélano. Si c’est trop humide, tu ne seras pas focément dans les conditions idéales pour la mélano. Moi aussi je réfléchis régulièrement à la mycorhization. La truffe livre parfois ses secrets à ceux qui l’aiment. Du moins on le croit, et puis pffffit ! elle nous fait faux bond… J’arrive peu à peu à améliorer mes petites recettes, mes idées, c’est passionnant, mais en fait j’espère bien qu’elle gardera encore longtemps ses secrets, malgré tous les efforts réalisés par les scientifiques (je ne les critique pas : j’étais moi aussi technicien en recherche). Elle a l’avantage de dépendre de multiples facteurs, et surtout qui interagissent entre eux de manière quasi aléatoire , enfin, à peu près. Donc on a encore du beau temps devant nous !

          Alexandre

          Répondre à ce message

          • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 20 décembre 2006 10:16

            Juste pour info :

            Pour les amoureux de leurs arbres, mycorhizer apporte a l’arbre du bien etre.

            Voir ce site sur les avantages de la mycorhization pour les arbres

            Répondre à ce message

          • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 19 janvier 2007 15:48, par seconde 10

            Bonjour. Nous sommes une classe de seconde d’un lycée d’Alès dans le gard et nous voudriions savoir s’il y a une technique sûre d’avoir des plants mycorhysés et pour un cout modeste car le budget de notre option est assez limité. Nous remercions d’avance toute personne qui voudra bien nous répondre. Merci de nous répondre rapidement !

            Répondre à ce message

            • Bien le bonsoir.

              Je recherche une personne qui s’intéresse comme moi à la mycorhization ’Maison’ de plants de Quercus ilex / pubescens ou autre (Tilia sp. …). J’ai en ma possession deux truffières en production, parcelles disponibles à la plantation / expérimentations.

              Pour échanger expériences et méthodes.

              Ps : Je recherche une personne compétente en la matière.

              Contact désiré ; messagerie instantanée. mike_le_fada@msn.com (pratique pour s’envoyer rapidement et simplement photos) ¤ Sinon, par mail via cette même adresse. Merci. A plus tard, peut être.

              Répondre à ce message

            • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 25 janvier 2007 19:53, par libellule du 30

              Bien le bonjour la 2nde 10 !!! Ce petit message ne vous apportera pas grand chose à part des encouragements car moi aussi je me pose les mèmes questions que vous à ce sujet. Donc je souhaite que quelqu’un de compétent pourra vous éclairer dans vos recherches et par conséquent dans les miennes.BISES :-) du 30

              Répondre à ce message

              • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 28 janvier 2007 16:08, par Alexis Madelin

                Bonjour,

                je suis en terminale stae à beaune(21) Je doit faire un rapport sur la trufficulture. J’ai fais mon stage chez Mr Beaucamp à Nangis-Quenne (89).

                J’aurai besoin du protocole de l’inra afin de créer des plants truffiers, c’est crucial pour mon petit rapport… Quelqu’un le connait-il ?

                Mon maitre de stage n’a pas voulut me répondre sur ce sujet, hélas.

                Je vous remercie par avance de votre réponse et j’éspère à bientot !! Alexis Madelin

                ps : vous trouvez pas ça un peu bete de ne pas partager ses connaissances de la truffe, tout le monde se plaint qu’il n’y a pas assez de trufficulteurs mais il y en aurait plus si on faisait profiter tout le monde de ces connaissances…

                Répondre à ce message

                • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 28 janvier 2007 16:49, par DG

                  Contactez l’INRA de Champenoux Pour le partage des connaissances, le débat est long, nous verrons bien avec les jeunes générations de planteurs !

                  DG

                  Répondre à ce message

                  • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 14 avril 2007 23:44, par o.e

                    bjr.moi aussi je ss une jeune planteuse qui vt bien exploiter ce domaine mais j ai pas trouve assez d infos(les conditions du sol, le climat…).si vs voulez bien m aider je vs remercie bcp.

                    Répondre à ce message

                  • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 16 avril 2007 08:28, par philippe

                    Je vous fait part d’observations sur les truffières sauvages les plus productives dans le haut var. Elles sont généralement orientées sud sud-est ,se sont des haies truffières avec d’autres arbres, genévriers, taillis de chênes verts ou blancs, pins arbustes épineux voir du buis. La plupart ont aussi de vieux oliviers très proches et les plus grosses mélanos se cavent dans un petit rayon autour de l’arbre, voir sous le tronc. Mais le top du top se sont les brûlés qui sont couvert à l’année par une branche de chêne blanc qui n’aura plus de feuilles en hiver ou seulement quelques unes séchées ;j’ai déjà fait un score canon sous un petit brûlé couvert de plus de 60 truffes.

                    Répondre à ce message

                    • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 2 avril 2010 13:18, par ricos

                      le fameux arbre « magique », sinon une méthode parmis d’autre est de broyer la truffe bien mure ds un mixeur puis la delayer ds une certaine quantité d’eau,les spores migrent ds cette eau,arroser les plants : gland pris sous un chene truffier en bonne production, et germé ds un mélange de terre de trufière avec la truffe broyée, sable, et vermiculite, récuperer l’eau qui fuit et s’en reservir pour arroser

                      Répondre à ce message

                    • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 2 mars 12:24, par valfreya

                      coucou qu apelle tu brulé ? un arbre réellemnt cramé ?

                      Répondre à ce message

                • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 2 mars 12:22, par valfreya

                  c est mais ce la ne la rendrais plus aussi rentable ^^

                  Répondre à ce message

    • Elèves de secondes 9 novembre 2007 15:19, par des élèves de seconde

      Nous sommes des élèves de seconde et nous avons un projet qui porte sur la trufficulture. Notre but est de rassembler assez d’info pour pouvoir tenir une trufficulture. Cependant nous ne trouvons pas un protocole pour mesurer le pH d’un sol. Si vous pouviez nous apporter une réponse le plus vite possible cela nous aiderer à avancer dans notre recherche. nous préférions que vous nous donniez la reponse par e-mail. merci :-)

      p.s : Il se peut que nous revenions vous posez certaine questions et si vous voulez certaines informations nous sommes là !

      Répondre à ce message

  • bjr DG,
    - non ce n’est pas un secret puisque c’est naturel.
    - avec la truffe séchée *il semblerait* que’il n’y ait pas de résultat.
    - avec les truffes congelées cela fonctionne et étant donné que l’on mycorhize au printemps ou à l’automne, il n’y a pas de truffes fraiches (mélano).
    - le temps de congélation *ne semble pas* avoir d’importance.
    - c’est certain que plus les arbres sont jeunes plus facile est de mycorhizer.
    - non il n’est pas indispensable d’ajouter quoique ce soit, il suffit de le faire correctement.
    - 1 gramme suffit amplement, mais toujours mélanger plusieurs truffes.
    - non cela ne fonctionne pas avec toutes les espèces.
    - non il n’y a pas de truc il suffit de le faire correctement.
    - printemps et automne.
    - a ce jour personne n’a réussi à mycorhizer la truffe d’alba, ce qui vende des plants soi disant myco avec de l’alba, le sont en fait avec de l’albidum. ce qui importe en truffe c’est de rester humble, car personne ne sait comment on *produit de la truffe* et avec tout le tapage de mensonges on veut faire croire que l’on * sait cultiver* la truffe, résultat les impots ont créés une ligne intitulée * culture de la truffe*, alors la FFT qui soi disant nous défend, qu’est-ce qu’elle fait ? Bien cordialement.CM
    - 

    Répondre à ce message

    • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 12 mars 2006 20:56, par DG

      Bonsoir M. C.

      Enfin des réponses simples et claires pour tout le monde ! A un moment je me demandais si ces questions méritaient d’être posées…

      Ah bon ? Il y a une ligne « culture de la truffe » dans la déclaration d’impôt ? Pouvez-vous donner le lien pour en savoir plus sur internet ? Plutôt une mauvaise nouvelle.

      Merci.

      Répondre à ce message

      • Bjr Mr DG, imprimé N° 2342K, régime du forfait agricole. intitulé : culture des truffes AZ01A0. Alors il faudrait que les impots nous expliquent comment on fait la * culture des truffes* Depuis le temps que je critique cette abération, et bien on verra bien si ceux et celles qui m’ont plus ou moins agressé sont d’accord. COrdialement CM

        Répondre à ce message

    • Bjrs, à tous Une petite technique d’inoculum pour mycorhizer ses abres. Lors du lavage de vos truffes, l’eau issue de cette opération se trouve chargé en spores (truffe mûre), faire gelé cette eau au congel 48h et l’épendre sous un chéne non mycorhizé (sol pH 7,8 min). au bout de deux ans d’application j’ai pus constaté la formation d’un brûlé. l’année suivante (3 eme années d’application de l’inoculum) j’ai ramassé trois sortes de truffes : mélano, ruffum et brumale. l’application a été faite sur des jeunnes abres de 2 ans environs et le constat et fort appréciable (vérification des mycorhizes et des spinules via la loupe binoculaire et vérification du manteau fongique au microscope). cette méthode et simple et bien connu, part contre je décoseil cette application sur truffière en production ou abres certifié car la souche de l’inoculum n’étant pas certifié uniquement en spores de mélano, d’ou un risque de virage sur truffière produtrice. Bien cordialement max

      Répondre à ce message

      • Bjrs, j’ ai 1 petite question concernant la technique d’ inoculum. Tout les combien faut il déposé cette eau gelé sous le chêne truffier non mycorhizés ?

        Merci de bien vouloir me répondre. Cordialement Thibaud

        Répondre à ce message

        • Bonsoir, selon les récoltes, de mi-janvier à fin mars sur mes premiers éssais. La quantitée d’inoculum varie aussi. le but est d’amener une quantitée de spore importante pour « forcer » la mycorhization des racines superficielles de l’horizon A de l’arbre. ce principe est interessant pour crée une truffière d’entrainement pour les chiens mais n’a pas de but de produire de grosse quantitée. La compétition entre tuber melanosporum et les autres champignons présents dans les plantations truffières sont bien réel et difficille à comprendre. Un inoculum de mesenterique est tres éfficace et le résultat encouragent (les six premières cavée cette année en 2 ans) trés bonne truffe, je la considère autant que la mélano, mais bon on y reviendra… Dans mon premier jet, je parle de trois qualitées cavées la 3 eme année, j’en suis à la 5 eme année et la melano a totalement disparus au cavage, je vais procéder à des prélevements de racines pour vérifié leur état. Voila bonne soirée cordialement

          Répondre à ce message

      • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 27 avril 2006 18:22, par DG

        Une précision : à mon avis, il y a sûrement moins de risques avec les autres espèces de truffes comme Tuber uncinatum aestivum ou mesentericum.

        Répondre à ce message

      • > Mycorhizer soi-même ses arbres... 27 janvier 2014 19:30, par stéphane

        pourquoi faire geler l’eau 48h ?

        Répondre à ce message

  • > Mycorhizer soi-même ses arbres...

    15 décembre 2006 10:41, par DG

    Originaire du 46

    Mon père réalisait ses plants lui même, résultat 1 arbre sur deux produisait apres 10 a 15 ans de plantation et durant 5 a 15 ans en moyenne.

    Il opérait comme cela.

    Il prélevait des plants de chénes pubescant sous un arbre en production entre novembre et fin janvier (plant d’un a deux ans hauteur environ 10 centimétres) Il coupait la racine principale.

    Il plantait dans un sol travaillé ou une friche exempte de broussaille

    Il plantait dans un sol tres cailloutaux si le rocher était profond (plus de 15 a 20 cm) il faisait un trou plus large et y disposait une pierre plate

    Il plantait l’arbre avec sa motte de terre prelevée dans la truffière.

    Il travaillait le sol en surface en avril.

    Il taillait un peu les arbres en avril (les branches basses)

    Il jettait les détritus de truffes, brossage etc. sous les arbres

    Par contre ces espaces était paturés par des troupeaux de moutons

    Depuis qu’il n’y a plus de moutons je note que les truffiers sauvages ont presque tous disparus

    Dans ma région il y avait des truffiers sauvages partout même sur les chemins les talus c’est fini depuis 10 à 15ans

    Personne à ce jour n’est capable de donner de raisons exactes a ce phénomène

    Les résultats obtenus avec des plants INRA sont catastrophiques parmi les personnes que je connais qui en ont plantes 1 arbre sur 20 a produit et peu de temps.

    Arrosage et fumure ne donnent pas de résultats homogènes et probants surtout dans la durée.

    Les plants achetés produisent moins que les plants traditionnels (moins de chênes produisent et moins longtemps) pourquoi ?

    Peut-être ces plants sont-ils plus fragiles (la mycorhisation) et une fois installée est elle mois robuste face aux concurrents .

    Je m’apprête à planter conjointement des chênes traditionnels et des chênes INRA aux mêmes endroits pour comparer

    Répondre à ce message

  • Mycorhizer soi-même ses arbres...

    21 février 2008 10:21, par gaudel françoise

    CONDITIONS DE PLANTAGE DES ARBRES A TRUFFES MYCORHIZERS (PH ET TAUX D’ARGILES DU TERRAIN) MERCI DE ME REPONDRE FRANCOISE

    Répondre à ce message

  • Mycorhizer soi-même ses arbres...

    2 janvier 2015 10:53, par bonzaieur

    j’ai experimentéla mycorhization sur un chene que j’ai transformé en bonzai j’espere que cela va marcher si quelqu’un a fait de meme donner moi des conseils

    Répondre à ce message

    • Mycorhizer soi-même ses arbres... 18 février 12:06, par Michael Riehl

      Bonjour, M.Bonzaieur, toujour intéressé à trouver des informations concernant la culture des truffes, je suis tombé sur votre demande de contact ce qui me semble d`originer d`un désire analogue. J`ai commencé und plantation /culture « Maison » de mélano et uncinatum dans des bennes/contenaires de 100 l dans mon jardin/ma Terrasse. Pouvons nous échanger des expériences ? Priére de me contacter (en RFA par Internet) couriel par info@tuberado.de Merci à l`avance. Michael, planteur débutant

      Répondre à ce message

  • Mycorhizer soi-même ses arbres...

    2 mars 12:20, par valfreya

    je vais rassembler ici ce que je trouve aillieur^^

    Arbres susceptibles d’être mycorhizés pour produire Tuber uncinatum : Tous sont de bons porteurs de truffes, il est plus rare d’en trouver sous l’épicéa.

    FEUILLUS

    Chêne sessile ou rouvre (Quercus petraea (Matt.) Liebl. = Quercus sessiliflora Salisb.=Q. Sessilis Ehr)(dans l’Est de la France) Chêne pédonculé (Quercus robur L. = Q.pedunculata Ehrh.) Chêne pubescent (Quercus pubescens Wild. = Q. lanuginosa : espèces en plantation). Chêne chevelu (Quercus cerris L.) Hêtre (Fagus sylvatica L.) Châtaigniers (Castanea sativa Mill = C. vulgaris Lam. = C. vesca Gaertn.) Noisetier commun, coudrier (Coryllus avellana L.) Noisetier de Byzance (Corylus colurna L.) Charme commun (Carpinus betulus L.) Charmille. Charme noir (Ostrya carpinifolia Scop.) Charme d’Italie, charme houblon. Bouleau verruqueux (Betula verrucosa Ehrh. = B. alba L. pp = B. pendula) Tilleul (Tilia sp. L.) RESINEUX

    Pin noir d’Autriche (Pinus nigra Arn. ssp. nigra ; P. nigra Arn. ssp. nigricans Host var. austriaca (Hoess) Newm.) Pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) Epicéa commun (Picea excelsa (Lam.) Link. = Picea abies (L.) Karst.) Le cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica Manetti ex Carrière = C. libanotica Link ssp. atlantica Molm.)

    Répondre à ce message

  • Mycorhizer soi-même ses arbres...

    2 mars 13:11, par valfreya

    quelques liens pour glaner quelques infos supplementaires

    version abregée https://verger.ooreka.fr/fiche/voir/310975/choisir-et-planter-un-arbre-truffier

    version + complete http://www.terresdetruffes.com/la-truffe-de-a-a-z/produire-ses-truffes/index.htm

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Truffiere de Saint Remy | Facebook Truffière | Contact partenariat |